Tu connais la différence entre Stéphane Bern et Harry Potter ?

l.png
k.png

La réponse te permettra de comprendre mon métier

La réponse la plus évidente est que l'un voyage sur un balai et que l'autre......... 

Mais ça n'a pas vraiment de rapport avec notre sujet.

Alors voyons déjà ce qui les rassemble : tous les deux nous racontent une histoire.

Mais...

Tu as déjà entendu quelqu'un dire : "Désolé les gars, mais je vais pas venir ce soir, je me refais l'intégrale de Stéphane Bern"?

Non hein ? (Sauf si tu vis en maison de retraite à la limite)

Pourtant, tous les (bons) marketeux du monde te diront que pour capter l'attention de ton auditoire, c'est exactement ce qu'il faut faire : raconter des histoires.

Mais alors, pourquoi là, ça ne fonctionne pas ?

Parce qu'il manque l'ingrédient ESSENTIEL à toute communication.

path9016.png

Quand Stéphane Bern nous parle de la mort tragique de Louis II de Bavière au bord d'un mystérieux lac noir, il y a pourtant matière à nous faire frissonner.

Et pourtant.

Rien.

Ça ne nous fait même pas dresser un demi poil.

Parce qu'il se contente de raconter.

La différence avec Harry Potter ?

Avec lui, on VIT, on RESSENT ce qu'il ressent, bref on est submergés d'ÉMOTIONS.

La voilà la clé...

C'est un concept qui s'applique au cinéma bien sûr, mais aussi au marketing.

Parce qu'un prospect qui RESSENT, qui VIT des ÉMOTIONS à travers ta marque, ton entreprise, va être tout acquis à ta cause. C'est ce qu'on appelle "L'EXPÉRIENCE CLIENT", autrement dit, l'ensemble des émotions ressenties par le client avant, pendant et après l'achat.

f.png
rect9161.png

Je t'entends d'ici marmonner dans ta barbe : "Moi le client, je veux bien lui faire vivre des émotions mais je veux surtout qu'il ACHÈTE !" 

Sur ce point on est bien d'accord.

S'il verse une larmichette en pensant à toi, ça te fait une belle jambe... Ce qu'il faut c'est qu'il ouvre son porte-monnaie.

 

C'est là que le neuromarketing nous enseigne un truc fondamental.

La zone du cerveau qui traite les données, qui classe et analyse les faits rationnels s'appelle le neocortex. Hautement intelligent et pragmatique, il gère les données pures. C'est un peu notre Stéphane Bern perso.

Par contre, la zone qui gère l'émotion est la même zone que celle qui impulse la décision, et donc l'acte d'achat. 

 

En d'autres termes : quand tu titilles les émotions, tu réveilles la seule partie du cerveau capable de décider de faire flamber la carte bleue !

C'est pas mal ça hein ?

Tu vois, ça, c'était du storytelling, c'est mon métier.

Mais storyteller, c'est moche, alors j'ai préféré inventer un mot qui me semble plus adapté : Conteuse d'entreprise.

Et après avoir créé du contenu pour mes clients, j'ai eu envie de plus.

Découvre "Pourquoi Dicton", la newsletter qui dépoussière les napperons (et ta com')

On se retrouve vite de l'autre côté !

C'est pour ça que j'ai créé l'Effet Boom™

Un programme fun réservé aux freelances et indépendants B2B dans lequel je les accompagne sur la Bête LinkedIn, où grâce au storytelling, ils vont pouvoir aller chatouiller les clients qui leur ressemblent..

Pourquoi LinkedIn ?

Quel rapport entre storytelling, LinkedIn, prospection et super clients ?

Tu auras les réponses à toutes tes questions, même celles que tu ne t'es pas encore posé, ICI !

rect9167.png